Sacré Profane

Tandis qu’autour de lui tout s’accélère, Bellec prend le temps, le temps d’écouter son intuition et de porter son regard sur les rues, les villes, les pays qu’il arpente. Il attend, écoute, hume et ses pupilles capturent des fragments, des éclats, des morceaux choisis. Il compile les images, les range, les ordonne puis les superpose instinctivement en couches qui fusionnent pour mieux révéler les scènes de son imaginaire. A travers des associations photographiques, Bellec nous guide vers des « macro-narrations ». Les souvenirs de l’enfance nourrissent aussi l’inspiration de Bellec .

En lire plus

C’est le cas de sa première émotion musicale vécue à 6 ans lorsque son père lui fit écouter la « Sonate au clair de lune » de Beethoven qui lui révéla son attrait pour l’harmonie. C’est aussi en confrontant dans sa pensée enfantine l’ effrayant vertige de la mort aux préceptes que lui avaient enseignés les jésuites qui lui fit rejeter fermement tout emprise du religieux. Un voyage récent en Birmanie le réconcilia avec la quête de sens sur l’existence humaine.

C’est la beauté paisible et sereine des représentations des divinités des temples bouddhistes qui lui entre-ouvrit le chemin de la spiritualité où la souffrance et le péché ne donnaient pas le tempo comme dans les représentations du sacré catholique. Ainsi par effet de transparence, il entremêle la cité et la nature, l’éclatant et le tamisé, le physique et l’immatériel, l’humain et le divin. Bâtie sur l’équilibre parfait du chiffre 3, la construction des photos de cette série emprunte à la forme des triptyques religieux et au rythme des trois mouvements d’une sonate.

Elle ouvre sur des « retables » comme autant d’images nées de la résonnance entre l’émotion sonore et la vision poétique.

Toutes nos collections de Tryptiques Photographiques

Fototriptycs

L'Entre d'Eux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Nous contacter

15 + 5 =