En terme artistique, le triptyque est une œuvre peinte et/ou sculptée qui est principalement composée de trois panneaux jointifs latéralement.

Prise au gré de mes découvertes, chacune de ces photos, tirées en argentique, existe par elle même.. M’inspirant de la technique des triptyques, j’ai passé de longues heures à composer, « décomposer », reconstruire…, ces assemblages avec mes photos argentiques.

En lire plus

C’est le soir que mes inspirations créatives étaient les plus vivaces, vraisemblablement intensifiées par la musique que j’écoutais. Au cours de ces nuits musicales, j’ai démarré par le choix de photos argentiques centrales représentant un portrait. Et pour trouver l’équilibre du futur triptyque, j’ai cherché dans les images prises au cours de mes déambulations celles qui pouvaient « résonner » entre elles et s’adresser au portrait. Une fois ma démarche créative définie, j’ai suivi ce fil conducteur pour la composition de mes triptyques photographiques. J’ai ainsi mis en place un jeu créatif sur les courbes et les lignes de la composition entre mes photos argentiques. J’ai choisi trois couleurs majeures qui se « répondent » dans l’association d’images. Ainsi, au fil de ma recherche parmi mes diapositives, des compositions se sont créées avec pour finalité, un triptyque photographique. Le thème général de ces créations a ainsi pris le nom de « l’Entre D’Eux »…, un portrait entre Deux images.

L’Entre D’Eux

Il s’agit

 

Il s’agit de mouvements

Il s’agit de couleurs

Il s’agit de vie Il s’agit de douceur

Non non et non

Il s’agit de violence

Il s’agit de malheur

C’est l’Entre d’Eux

On est écartelés

On ne sait où regarder

À droite à gauche au milieu Et si l’on allait…

De gauche à droite, tranquillement

Puis de droite à gauche en se promenant

Ou du milieu vers la droite Ou vers la gauche…

On saurait le monde Le Monde de l’Entre d’Eux

Le monde du malheur le monde du bonheur

Le monde du regard implacable de l’enfant qui souffre et se referme

Comme ces nuages tout à côté qui nous enferment.

Ou bien cette douceur aérienne du vert

Qui nous entraîne vers le calme de l’âme.

C’est l’Entre d’Eux

Le monde des contraires

Qui s’affrontent.

Ou se complètent.

Dans la matière toujours présente

Dans la réalité ou le mystère

Comme le front en feu de ce petit garçon noir

À côté de la terre en feu

Ou l’apparition de cette femme tel un rêve dans les structures d’acier

Comme la matière des rideaux et celle des cheveux

D’une femme ou d’un homme ou bien des deux.

C’est le noir et blanc, tout en douceur

Ou l’explosion de la couleur

Mais comment savoir

Pourquoi savoir

D’ailleurs je me tais

Pour vous laisser errer

Gagner par l’émotion

Ne pas vouloir tout comprendre toujours

Avec comme seul guide Votre émotion.

Corinne Thimen

Les autres collections :

Fototriptycs

Telaranas

Sol y Plata

Soledad

Flaques de lumières

La Belle et le …Brut

MUR(mur)s

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Nous contacter